Accueil > Opinions > De quoi s’inquiéter ?

De quoi s’inquiéter ?

lundi 30 mars 2020, par François Saint-André

La crise sanitaire liée au Covid19 suscite de nombreuses inquiétudes au premier rang desquelles il y a bien évidemment le risque grave pour des milliers de nos concitoyens et pour nos proches et nous mêmes.

Il est trop tôt pour écrire l’histoire de ce qui est en train de se passer, pour en tirer les leçons, pour imaginer même la suite ! Ce que l’on sait, et que de nombreux historiens et philosophes décrivent, c’est que, possiblement, rien ne sera comme avant et que cette grande crise entraînera sans doute de nombreux bouleversements, tant sur le plan national que international.

Plusieurs points me semblent attirer toute notre attention future :

  • l’état d’urgence sanitaire impose de nombreuses restrictions de nos libertés et certains pourraient être tentés de proroger tout ou partie de ces mesures, d’autant que nos concitoyens se montrent globalement extrêmement disciplinés ! La réaction du maire de Gerzat est à la fois inquiétante et symptomatique : il voudrait imposer le couvre-feu de 21h le soir à 05h du matin pour ... « la faune qui, tout au long de l’année circule la nuit et fait des dégâts » ! On est bien loin de la question du confinement !
  • Plusieurs mesures de remise en cause du Code du Travail se mettent en place : certains y voient une bonne occasion de les pérenniser (travail le dimanche, durée hebdomadaire, congés payés ...)
  • La crise sanitaire a dévoilé les insuffisances de notre système de soins, insuffisances liées aux attaques répétées depuis des décennies. L’état de l’hôpital public est dénoncé depuis des mois : quelle politique radicalement nouvelle pourrait être mise en place ? Les tenants du libéralisme à tout prix l’accepteront-ils ? Saura-t-on restreindre l’emprise des grands groupes financiers (avec une question corolaire : se laisseront-ils faire ???).
  • Au-delà de cette crise sanitaire, nous allons sans doute être confrontés à une crise sociale (liée aux conséquences économiques car, il faudra bien « faire redémarrer la machine » sans trop se soucier de ceux qui la feront redémarrer ...) et le danger est grand que, sous ce prétexte, les questions écologiques et du réchauffement climatique nous soient présentées comme secondaires !

Nous serons tous sans doute soulagés lorsque le confinement sera levé, mais qu’en sera-t-il après ?