Accueil > Bulletins > Année 1999 > Bulletin - Février 1999 > Emplois jeunes

Emplois jeunes

lundi 1er février 1999, par le bureau

Depuis environ 18 mois, le dispositif des emplois-jeunes existe et de
nombreuses collectivités locales y recourent. Ainsi que nous nous y étions
engagés voici 1 an, il nous semble utile de faire le point sur la situation beaumontoise et de rappeler notre position.

À Beaumont, qu’en est-il ?

La situation beaumontoise est simple. En ce qui concerne l’action de la Mairie, un seul emploi-jeune a été recruté (une personne chargée de liaisons entre associations). C’est peu pour ne pas dire dérisoire. En tout cas, nous sommes bien loin des propos tenus le 3 décembre 1997 par la majorité municipale. En effet, lors du Conseil municipal, A. Dumeil indiquait ce jour-là : « il y a une démarche en cours et tout le monde peut s’y associer ». Les élus d’Union-IDÉES Pour Beaumont avaient alors souhaité la mise en place d’un comité de pilotage chargé de recenser les besoins, de définir les opportunités de création d’emplois-jeunes. À l’unanimité, le Conseil municipal avait alors décidé que deux commissions municipales existantes (« Vie sociale » et « Vie associative éducation ») pourraient « en siégeant ensemble, servir de comité de pilotage ». Et depuis ??? Rien, encore une fois, strictement rien. Aucune réunion, aucune réflexion et bien sûr, aucune avancée réelle.

Une fois encore, la totalité des élus de droite a délibérément trompé les Beaumontois et a menti.

La position d’IDÉES Pour Beaumont

De notre côté, nous n’avons pas changé de position. Nous sommes convaincus qu’il y a urgence à s’occuper vraiment du chômage des jeunes et qu’une opportunité existe. Nous ne voulons pas créer des emplois au rabais, tout comme nous ne voulons pas entrer dans un cycle malsain de concurrence entre emplois-jeunes et emplois statutaires. Nous ne voulons pas créer des emplois-jeunes de façon inconsidérée pour le « plaisir ». Il ne s’agit pas de cela. En revanche, des besoins de nos concitoyens ne sont pas pris en compte. De nombreux problèmes de la vie quotidienne ne sont pas résolus (propreté, démarches administratives ...). Il y a là des pistes à explorer qui pourraient conduire à des emplois réels et pour lesquels le dispositif des emplois-jeunes est bien adapté. De même, la commune n’assume pas de rôle novateur en matière d’environnement, de vie sociale, de communication, dans ses relations avec les entreprises, avec les jeunes. Voilà toute une série de thèmes dont nous pensons qu’il aurait fallu les étudier en faisant appel à des professionnels, à divers partenaires (pouvoirs publics, syndicats, entreprises, associations ...). Notre proposition de création d’un comité de pilotage répondait à ces attentes. Il est vraiment regrettable que pour de misérables raisons politiciennes (ou pire encore par désintérêt), la droite beaumontoise ait refusé tout effort de réflexion. Ce sont tous les Beaumontois qui en font les frais et au premier rang d’entre eux les jeunes et leurs familles.