Accueil > Bulletins > Année 2000 > Bulletin - Avril 2000 > Le Centre Associatif Beaumontois : un dossier mal préparé

Le Centre Associatif Beaumontois : un dossier mal préparé

samedi 1er avril 2000, par le bureau

29 février 2000 : Au conseil municipal, un rapport aborde enfin le dossier du CAB. Ce premier pas vers la réalisation d’un projet très attendu se trouve menacé d’immobilisme. Récit d’un échec.

Le Centre Associatif Beaumontois : un équipement indispensable

Notre CAB est réputé dans l’agglomération. Réputé car sûrement unique. Essayez de trouver un ensemble aussi délabré, des préfabriqués décatis, des bâtiments misérables (ah, le charme des WC « à l’ancienne » !). Depuis plusieurs années, dans ce bulletin, nous avons réclamé une vraie réflexion. En 6 ans, c’est le seul projet conséquent que le Maire a retenu (un projet en 6 ans, quel manque d’imagination). Le temps écoulé a-t-il été astucieusement utilisé ? Nous en doutons. Après quelques simulacres de consultation d’associations, les conseillers municipaux attendaient donc de travailler sur ce thème. C’était mal connaître le maire.

Le 29 février : une présentation bâclée

Le Maire demandait au conseil de confier à la SCIC une mission de mandat pour un « projet de construction du CAB ». Une telle mission conduit le maître d’ouvrage (la commune) à transférer sa responsabilité au mandataire (SCIC) pour le montage et le suivi du dossier. Les textes précisent qu’elle s’exerce « dans la limite du programme, de l’enveloppe financière prévisionnelle et du délai préalablement définis ».

Voilà le « hic » !

Jamais le Maire n’a apporté aucune information sur ces aspects (programme, finances, calendrier). Jamais le Conseil municipal ne s’est prononcé. Jamais la commission adéquate n’a été saisie. Nos élus, et d’autres avec eux, ont observé qu’une telle délibération ne pouvait être valable en l’absence de précisions sur ces trois points. Devant la montée d’une opposition qui risquait fort d’être majoritaire, le Maire a préféré retirer ce rapport. Seul a eu lieu un vote sur « le principe d’une convention d’expertise étudiée lors du prochain conseil municipal ». Cet épisode est révélateur d’une regrettable désinvolture. Un vrai travail de réflexion doit être mené entre toutes les parties intéressées. En effet, cet aménagement engagera la commune dans la durée. Ses incidences seront essentielles, multiples souvent complexes.

L’avenir de Beaumont mérite l’effort que nous demandons. De TOUTE URGENCE.