Accueil > Vos élus > Lettre ouverte au SMTC sur l’accessibilité

Lettre ouverte au SMTC sur l’accessibilité

jeudi 26 mai 2016, par le bureau

Suite à des contacts avec certains de nos concitoyens Beaumontois ayant des problèmes d’accessibilité dans les transports en commun, nous avons décidé d’écrire à François Rage, Président du Syndicat Mixte des Transports en Commun de l’agglomération clermontoise.

Monsieur,

Ayant été sollicités par certains de nos concitoyens, et après avoir échangé sur ces questions avec des représentants des associations de handicapés, nous souhaitons vous interpeller sur les questions d’accessibilité des transports en commun sur le territoire dépendant des collectivités et organismes que vous dirigez.

En effet, les travaux effectués sur le trajet du tramway ont fait remonter un certain nombre d’inquiétudes et d’interrogations plus générales que nous vous soumettons :

  • Certes, des efforts ont été faits depuis 1998, date de la charte engageant chacun à travailler pour une meilleure intégration du handicap dans les politiques publiques, mais il reste encore beaucoup à faire pour que les conditions d’accueil des personnes handicapées dans nos transports en commun soient non discriminantes, et aussi conformes à la loi qui prévoyait une mise en conformité pour 2015.
  • Ainsi, différentes difficultés ont été relevées :
    • Si 80 % des flux sont censés être accessibles, il reste de nombreuses lignes qui ne le sont pas, ou même certains arrêts sur les lignes en question. Il s’agit là d’une question majeure car il s’agit bien d’une égalité des droits de nos concitoyens. Il faut d’ailleurs savoir qu’un certain nombre d’entre eux se sont résolus à ne pas prendre les transports en commun et font appel à un transport individuel (véhicule personnel lorsqu’ils le peuvent, amis ou connaissances, ...). Il est même demandé par certains qu’une réduction soit automatiquement faite au prorata du nombre d’arrêts non accessibles ...
    • Si une sensibilisation des chauffeurs et conducteurs a bien été faite, il est fort dommage qu’elle n’ait pas concerné l’ensemble de ceux-ci. La base du volontariat est louable mais ne permet pas d’obtenir une réponse satisfaisante aux difficultés qui sont rencontrées par les usagers handicapés (mauvaise utilisation des matériels ou mauvaise connaissance des consignes par exemple) ce qui leur est particulièrement défavorable.
    • Des quais ont été aménagés dans le cadre des travaux du tramway, mais ils ne sont accessibles que « sous condition d’accompagnement ». Là encore, il n’y a pas égalité des droits.
  • La question de MOOVICITÉ est aussi une question récurrente chez les usagers. En effet, il y a manifestement un déficit en matériel roulant. Les véhicules ne sont pas assez nombreux pour répondre aux demandes, entraînant aussi de vrais problèmes de gestion de ces demandes : l’anticipation longtemps à l’avance n’est pas un facteur favorable à l’utilisation du service ; il y a trop souvent des annulations ou modifications de dernières minutes : si l’aller est effectué, quelque fois le retour ne l’est pas ! La consultation en cours pour un nouveau délégataire doit absolument intégrer ces exigences.
  • La participation des usagers, à travers leurs associations, mérite d’être renforcée :
    • Un « comité de suivi » du fonctionnement des solutions alternatives mises en place pendant les travaux apparaît comme nécessaire afin de faire le point avec les usagers.
    • Les commissions « accessibilité » font défaut ou ne sont que rarement réunies par exemple à Clermont Communauté ou sur la ville de Beaumont, contrairement aux obligations réglementaires. Les associations représentatives sont très demandeuses de ces instances de participation.

Nous savons tous les gros engagements financiers que demandent les mises en accessibilité et les mises en conformité des installations liées aux transports en commun de nos villes et de notre agglomération, mais il s’agit bien, à nos yeux d’investissements nécessaires au bien vivre ensemble sur nos territoires. Ces investissements sont liés à des choix que vous devez faire, nous semble-t-il. Ils imposent aussi un engagement de chacun, à tous les niveaux de responsabilité car ces questions sont encore, dans l’esprit de beaucoup, comme secondaires à d’autres préoccupations en apparence plus immédiates.

Nous souhaitons donc que vous puissiez nous donner les éclaircissements nécessaires, les investissements projetés, les échéanciers prévisionnels, ainsi que vos propositions pour une meilleure prise en compte des demandes des usagers handicapés.

En vous assurant de notre dévouement pour nos concitoyens,

Marie-Christine Leymarie, Présidente du groupe des élus IDÉES Pour Beaumont au conseil municipal de Beaumont
Nicolas Dumoulin, Président de l’association IDÉES Pour Beaumont


Post-Scriptum : Depuis, nous avons eu une réponse du SMTC (Cf. document joint). Malheureusement, ce courrier n’apporte aucune réponse sur les points précis cités dans notre lettre ouverte qui posent encore et toujours problème !

Messages

  • Bonsoir Mesdames et Messieurs les élus,
    Bonsoir M. Le Maire,

    Je viens vous faire part d’un problème permanent : celui de l’accessibilité de la ligne de bus numéro 8.

    Il m’a été rapporté que ce problème avait été soulevé DEUX FOIS en votre présence, M. Le Maire : une fois pendant votre campagne en vue des municipales et une autre fois lors de votre élection : mais il n’a visiblement pas été entendu...

    Pour mémoire, je viens ici résumer les faits et leurs conséquences :
    La ligne de bus numéro 8 qui dessert Beaumont est une ligne « non certifiée » en terme d’accessibilité par la T2C. En clair, que cela veut-il dire et que cela implique-t-il ?

    1. Cela veut dire que pour la T2C, la ligne 8 n’est pas répertoriée comme accessible aux personnes en fauteuil, bien que les quais soient surélevés et les bus munis de palettes. Ainsi, si vous allez sur le site et que vous demandez une ligne en cliquant sur le sigle du fauteuil roulant, la ligne 8 n’apparaît pas.
      Vous me direz « Qu’importe puisque dans les faits vous pouvez l’utiliser » Non, justement ! Elle ne peut pas être utilisée, parce que le passage de bus munis d’une palette est totalement aléatoire !!
    2. Les conséquences sont évidentes. Ainsi tout récemment encore, lorsque j’ai voulu emprunter ce bus à l’arrêt Molière (qui est muni d’un quai surélevé), l’accès du bus m’a été refusé à cause de l’absence de palette... Le chauffeur, bien ennuyé, m’a dit :« Vous n’avez qu’à attendre le prochain bus, il aura PEUT-ÊTRE, une palette. »

    Je me demande si vous imaginez le sentiment de rejet que l’on peut éprouver en voyant les passagers prendre place et vous, devoir rester sur le quai ?
    J’ai donc été obligée de me rendre à Aubière, à l’arrêt de bus « Le Mas » desservi par la ligne 3, qui , elle, est une ligne certifiée (avec donc l’assurance d’avoir un bus muni d’une palette).

    Il peut y avoir une autre conséquence insidieuse à ces lignes mi-accessibles mi-interdites : lorsque je me suis rendue à la boutique T2C pour actualiser ma carte de passager, j’ai fait part de mon problème à l’employé qui s’est révélé être également un chauffeur de bus. Il m’a expliqué que la ligne 8 n’ayant pas tous ses arrêts donnant sur des quais aménagés, le chauffeur PEUT ME REFUSER L’ACCÈS à son véhicule ( même si celui-ci est muni de palette) parce qu’il est responsable de ses passagers et qu’un arrêt vers un quai non aménagé engagerait sa responsabilité vis à vis de la sécurité. En clair, un bus arrive, une palette sort et le chauffeur me dit :« Vous n’entrez pas ! ». En manière de rejet, on ne peut guère faire mieux.

    Vous me direz :« C’est ennuyeux, mais c’est la T2C qui décide de la certification d’une ligne et nous n’y pouvons rien ». Je voudrais anticiper cette fin de non-recevoir par les deux objections suivantes :

    1. L’équipe précédente a décidé de construire une résidence (la résidence des 6 collines) qui donne accès privilégié aux personnes handicapés et aux PMR en général : c’est bien ! Mais la résidence étant totalement excentrée, prévoir de façon concomitante un accès aux transports en commun utilisables par tous était, ce me semble, incontournable ; d’autant plus que le maire de l’époque faisait partie de Clermont-Communauté et que son intervention en ce sens aurait pu être déterminante pour une certification de la ligne 8. Cela n’a malheureusement pas été fait...
    2. L’équipe actuelle sait qu’elle a hérité dans son parc de bâtiments une résidence habitée par des PMR (personnes handicapées ET âgées). Elle peut se glorifier de cette avancée humaine et sociale ; aussi, pourrait-elle FINIR le travail commencé en n’obligeant pas ses administrés handicapés à filer à Aubière pour avoir un bus accessible. Surtout que vous aussi, M. le Maire, vous faites partie de Clermont-Communauté et que vous pouvez donc peser de votre autorité pour aider vos administrés en faisant certifier cette ligne !

    A l’heure où :

    • Le tram fait défaut puisqu’il est en réparation jusqu’à fin août,
    • La loi El Khomri fait multiplier les grèves y compris dans les transports,

    se déplacer devient un pensum pour tous et encore plus pour les PMR. J’en appelle donc à votre humanité et au sens des responsabilités qui vous incombent afin que vous nous aidiez à recouvrir nos droits à la mobilité et l’autonomie, au moins en ce qui concerne le transport de la ligne 8. Merci de m’avoir écoutée.
    Frédérique Marty.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)