Accueil > Bulletins > Année 2002 > Bulletin - Avril 2002 > Sécurité et insécurité

Sécurité et insécurité

mardi 2 avril 2002, par le bureau

Les actes d’incivilité et même les actes concernant la sécurité des biens publics et privés auraient augmenté dans notre commune. Vrai ou faux ? À qui la faute ? Certains ont trouvé très rapidement les coupables : la nouvelle municipalité.

Des propos simplistes

Jusqu’en mars 2001, la commune était très calme, un îlot de quiétude dans un environnement d’agglomération brutal, trop idyllique ! Les voyous auraient une telle culture politique qu’ils auraient su distinguer dès la mi-mars les municipalités de gauche (gabegie, destructions, laxisme) et les municipalités de droite (sécurité, sérénité, répression), trop simple ! À moins que depuis mars, ce sentiment “d’insécurité” soit orchestré par quelques déçus de l’ancien temps sans doute trop parano !

Essayons de voir les faits, les 2 points sensibles :

La Makina : un point noir

La Makina : Son installation date de plus de vingt ans et peut-être que ceux qui sont aujourd’hui parmi les plus teigneux sur ce réel problème étaient alors au pouvoir, allez savoir ! Si le Conseiller Général actuel ne semble pas accorder à cette question toute l’importance qu’elle mérite, et nous saurons le lui faire comprendre, son prédécesseur de droite n’a pas montré plus d’efficacité ... Mais le développement commercial de l’établissement conjugué aux multiples actes d’incivilité rendent certes la situation de plus en plus invivable.

Mais qui a laissé monter le flot des nuisances ?

Si le Maire de Ceyrat pense avoir juridiquement raison - sa voirie est rurale donc elle peut être fermée, alors que celle de Beaumont est communale et ne peut pas l’être pour des raisons d’accès aux véhicules de sécurité (l’installation d’un plot était illégale) - il a tort politiquement ?

Il faut arrêter ce flot de nuisances : nous vous demandons de porter systématiquement plainte au commissariat ! C’est par l’accumulation de ces dépôts de plainte que le dossier avancera. C’est l’une des seules façons de peser sur les services de l’État (préfecture, police nationale, conseil général, municipalité de Ceyrat) ... en attendant une solution plus politique.

La sécurité à Beaumont

Jusqu’en mars 2001, aucun représentant de la police municipale n’était en activité dans la commune. Le garde champêtre était en congé maladie. L’ancienne municipalité n’avait pas jugé opportun de le remplacer ... par souci d’économie sans doute !

Qu’a fait la municipalité depuis ?

Deux postes un policier municipal et un agent de médiation ont été créés. Un travail conséquent a été réalisé :

  • mise en place, pour la première fois, de réunion de concertation mensuelle (policiers nationaux, municipaux et élus) favorisant la cohérence de la politique de lutte contre l’incivilité ;
  • “pression” constante de la municipalité sur la police nationale afin d’augmenter sa présence pendant et en dehors des heures d’ouverture du bureau de police municipal ;
  • présence sur le terrain des policiers municipaux : entrées et sorties des écoles ; patrouilles de proximité ; contacts avec la population ... une réelle police de proximité ;
  • lutte contre l’incivilité quotidienne par la mise en place de procès-verbaux (stationnement interdit ...)

Le bilan de toute cette politique est loin d’être négligeable. Cependant, il faut bien le constater, les actes d’incivilité continuent d’exister.

Faut-il aller chercher les raisons ailleurs ? le déplacement des agresseurs de la ville vers sa périphérie (il y a eu quelques arrestations, le cambriolage du Casino par exemple), nul ne le conteste ; l’effet publicitaire de ces acte ? l’effet boule de neige ? c’est possible.

Mais toutes ces analyses ne réconfortent pas les victimes.

Et pour l’avenir ?

À IDÉES, nous pensons que la municipalité doit poursuivre une politique cohérente de lutte contre les dégradations, contre les nuisances mais il faut un soutien efficace de la police nationale et un réflexe de vigilance de la population beaumontoise (être attentif à ce qui se passe près de chez soi).

Le dossier est complexe et les solutions toutes faites sont démagogiques...